• BLUE TRAINING PLAY
  • Tel.: 05 81 76 15 48
  • 1, rue des Pénitents Blancs
    BP 71028
    31010 Toulouse Cedex 6

Travailler l'empathie par le coaching

Retour

cliquez sur les images pour les agrandir

Travailler l'empathie par le coaching

Créer avec l’Autre une relation empathique.
Que ce soit dans dans notre vie personnelle ou professionnelle, nous nous apercevons qu’établir une relation efficace et authentique avec l’Autre relève de la performance.
D’ailleurs, vous l’avez remarqué, c’est souvent la faute de l’Autre !
Dans nos entreprises, dans nos familles, les relations se font et se défont pour notre bonheur,  mais aussi plus souvent pour notre malheur.
Qui a dit que la vie est un long fleuve tranquille ?

 
Le Sens de l’Autre
L’Autre, c’est aussi bien le conjoint, l’enfant, le parent que le collègue, le collaborateur mais aussi la personne que l’on croise quelques secondes ou l’ami de toujours, le fournisseur performant ou pas d’ailleurs, enfin c’est tout le monde. L’Autre, c’est aussi une partie de nous, car nous percevons le monde et les autres suivant certains de nos paramètres, de nos critères, comme nos valeurs, nos croyances, notre caractère et notre personnalité, mais c’est déjà une autre histoire.

L’Autre, c’est aussi notre miroir, car il nous renvoie notre propre image que nous aimons voir parfois ou que nous nous ne voulons surtout pas voir parfois. Et d’ailleurs, dans certains cas nous ne la voyons même pas !

L’Autre, si nous le voulons bien, c’est celui qui va nous faire grandir, qui va nous permettre de nous développer, de développer notre entreprise. C’est aussi celui qui va nous permettre d’avoir une relation de plus en plus authentique et être de mieux en mieux avec nos fournisseurs, nos collaborateurs, notre entourage, et d’une façon générale, être plus en harmonie avec nous-même.

 
Sa relation à Soi
Pour avoir cette relation saine avec quelqu’un, il est tout d'abord capital d’avoir avec soi-même une relation objective. Si notre opinion est emprunt d’un quelconque sentiment d’animosité, d’indifférence ou de défense, l’échange ne peut pas être fructueux.
Donc dans un premier temps, je vais me débarrasser de ce manteau d’opinions, et ne garder que l’objectivité des faits et le lien de l’émotionnel pour créer avec l’Autre une relation empathique.

Une réflexion sur “savoir ce que je veux vraiment”, “savoir qui je suis” et “qui je voudrais être”, est un début constructif. Sans cette prise de conscience de bien être ou de mal être avec soi-même, rien ne peut évoluer.
Être curieux pour lever le voile de la part d’inconnu qui existe en chacun de nous, être courageux pour oser se voir tel que l’on est et être humble pour s’accepter tel que l’on est.
Être conscient de ses forces et de ses axes de développement sont nécessaires pour savoir quels atouts j’ai dans mon jeu et sur quoi je vais intervenir.

J’ai le droit d’avoir des lacunes, j’ai le droit d’avoir une certaine émotivité, je suis perfectible. En revanche, mon devoir d’être humain respectueux de l’Autre, est de me perfectionner.

 
L’empathie
Avec les téléphones portables, les notes-book, les i-pad et autres, je vis une course effrénée au perfectionnement de mes outils pour communiquer avec l’Autre,  toujours plus et toujours plus vite.
Paradoxalement, si je communique de plus en plus, par mails, téléphone, SMS, est-ce pour cela de véritables relations. Est-que mes 250 amis sur facebook  sont de véritables amis ?
Que valent les mots sans les sentiments ?

L’empathie, par contre, réserve une place importante à l’Autre, à l’univers de l’Autre à la réalité de l’Autre, il est la base d’une vraie relation.

Si vous êtes empathique avec moi, j’ai l’impression d’exister à vos yeux, que vous me respectez. Cela me rassure car vous comprenez ou essayer de comprendre mon fonctionnement et cela me donne confiance en vous. Je serai ainsi, plus enclin à vous dévoiler certaines choses qui vous permettront de mieux me connaître, mieux me cerner et nous pourrions ainsi mieux communiquer, mieux nous estimer. Vous m’acceptez tel que je suis, même si vous auriez préféré que j’agisse autrement. Souvent d’ailleurs, le simple fait de m’écouter, de me considérer, en un mot d’être empathique, me permet d’avoir l’impression d’exister, car je n’existe qu’à travers votre regard.

Que vient chercher le client dans un magasin ? Bien sûr, il satisfait un besoin en achetant un produit, mais ne vient-il pas chercher aussi autre chose ?

Je garderai toujours ce souvenir d’une voisine qui, à l’époque, avec ses 85 ans, habitant en ville, allait tous les matins, acheter son pain, et sa nourriture du jour. Il faut dire que les 300 m qu'il lui fallait parcourir, accompagnée de son petit caniche et soutenue par une canne, ne semblait pas évident.. Et pourtant, elle rayonnait, surtout quand elle rencontrait quelqu’un, qu’elle discutait, qu’elle expliquait ses difficultés à marcher, mais les échanges avec l’Autre étaient plus importants, cela lui apportait l’indispensable pour exister : la Reconnaissance avec un grand “R”, celle qui nous fait prendre conscience que nous existons.

 
La motivation de toute une vie
Vous l’avez compris, créer une relation empathique permet de faire ressortir l’humain que nous avons en chacun de nous, et je me dis que si je traite les autres comme des êtres humains, j’ai toutes les chances, qu’en retour les autres me traitent aussi en être humain.

Les moeurs évoluent, l’information circule, les valeurs évoluent et de plus en plus, le coeur tient une place de plus en plus importante dans notre vie quotidienne, y compris  professionnelle.

N’est-ce pas le message que nous laisse le Petit Prince en disant : “Qu’on ne voit bien qu’avec le Coeur !”.

Dans le monde professionnel, on s’aperçoit que si, il y a quelques années, nous recrutions les cadres suivant leur quotient intellectuel (QI), aujourd’hui nous avons besoin surtout de personnes possédant un bon quotient émotionnel (QE), cette capacité qui permet de créer un lien et de motiver les autres. Si Maslow, puis Hertzberg nous ont montré le chemin des besoins motivateurs, la poursuite de cette voie se fera par le chemin du coeur... ou pas !

Si cela semble facile à comprendre, dès que l’on passe à la pratique, on s’aperçoit que cette tâche est incommensurable. Constamment, il faudra se remettre à l’ouvrage. C’est le travail de toute une carrière professionnelle, celle qu’on appelle en partie l’expérience, en somme le travail de toute une vie.

Jean-Jacques Jeannin

Prendre contact
  • Paiement sécurisé